Barricade – Présentation

Préambule

La Commune – Photo Carine Boeuf

Après la guerre et l’armistice, Paris doit être occupé par les Allemands, le gouvernement français collabore, le peuple lui, refuse cette aliénation, il s’insurge et résiste à l’envahisseur et à son gouvernement félon.
Nous sommes en 1871.
De cette paix honteuse naîtra la première révolution sociale de l’humanité :

« La commune de Paris »

Après quelques 70 jours d’existence, elle a planté les germes d’une société moderne :
– démocratie authentique,
– émancipation de la femme,
– école gratuite et obligatoire,
– séparation de l’église et de l’état,
– autogestion,
– rejet des exclusions et inégalités,
– diminution du temps de travail (8h/jour par 6 jours),
– réglementation du travail de nuit
– réquisition des logements vides…

L’histoire

Inspiré de : Printemps 71 d’A. Adamov, surtout, de les jours de la Commune de Brecht, un petit peu, de La Commune de Paris et L’Insurgé de J. Vallès, un peu, et de Les écrits contre la Commune de Paul Lidsky, les textes de Lissagaray, Louise Michel, Talès, Gaston Haustrate, Raoul Dubois….

Les barricades – Photo Carine Boeuf

Barricade est l’histoire d’Henriette, marchande de fleurs, elle se lance dans la Commune à corps perdu, avec générosité, elle ne comprend pas tout, elle aura peur…
De Lulu, son petit frère, il comprend plus, parce qu’il vend des journaux ? Parce qu’il est amoureux… d’une internationaliste ?
De Pierrot, Hercule, Raoul, Jules qui donneront tout pour cette République Universelle qu’ils n’avaient jamais oser rêver.
De Jeanne visionnaire aveugle, peu écoutée, c’est une femme…
D’Eugène l’intellectuel, trop gentil, naïf…

C’est l’histoire de tous ces gens qui ont cru à l’honnêteté, à la justice, en la légitimité,… en l’homme… jusqu’au bout.

Note d’intention

Les Versaillais – Photo Carine Boeuf

Une Création sur la Commune de Paris, c’est commun, enfin ce n’est pas surprenant pensez-vous, surtout pour une compagnie telle que Jolie Môme. C’est l’évidence même, presque pléonasmatique, le drapeau rouge, le drapeau rouge, toujours le drapeau rouge… C’est un peu comme pour d’autres compagnies, se confronter à Molière.
C’est cependant avec stupéfaction que nous avons constaté que, hormis les amateurs d’histoire, de politique, les militants à gauche du capitalisme, la première Révolution ouvrière du monde était mal connue de ses propres héritiers.
Les manuels scolaires participent étonnamment à cette lacune, étrange… Trop compliqué à expliquer, à analyser sans doute.
Volonté délibérée ?…
Malgré cet ostracisme ambiant, on peut constater que tout le monde a entendu parler de la Commune, vaguement…

Les commentaires sont fermés