Aurillac 2016

Entre les 17 et 20 août 2016, nous étions, comme tous les ans depuis un paquet d’années, au Festival des Arts de la Rue d’Aurillac dans le Cantal !

En cours de festival, des spectateurs et des artistes nous ont prévenus qu’une manifestation aurait lieu le vendredi contre les fouilles et les contrôles omniprésents aux entrées d’Aurillac et contre l’état d’urgence en général.

Arrivés sur le lieu de rassemblement, la pression policière a été implacable et les lacrymogènes ont rapidement couvert la Place des Carmes et ses alentours. Quelques vitrines ont été graphitées, voire brisées et les barrières de sécurité enlevées.

Il semble que certains responsables locaux ont cru bon d’invoquer un complot… auquel nous serions mêlés. Triste erreur. Mais c’est probablement plus facile et moins dérangeant que de comprendre que le ras-le-bol du flicage est général après un tel printemps de violences policières.

En tout cas, comme on l’a vu fleurir ensuite : « Aurillac ne tient pas en cage. » Ça tombe bien, car ni le théâtre de rue, ni les spectateurs, ni les habitants… ne sont faits pour s’épanouir en cage.

Les commentaires sont fermés