27/11/2020 – En Inde, la grève la plus massive de l’histoire mondiale !

Et depuis le 26 novembre, la lutte continue : voir notre article.

Manifestation au Kerala

Malgré la répression policière et la pandémie COVID-19, les travailleurs, les agriculteurs et leurs alliés de toute l’Inde ont participé à une grève pan-indienne contre les récentes réformes néolibérales mises en place par le gouvernement de Narendra Modi.

Le jeudi 26 novembre, l’Inde a été le théâtre de la plus grande grève organisée de l’histoire de l’humanité. Plus de 250 millions d’ouvriers et d’agriculteurs, ainsi que leurs alliés parmi les étudiants, les féministes et les groupes de la société civile, ont participé à une grève nationale. Le 26 novembre a été choisi car c’est le jour de la Constitution indienne, qui commémore l’adoption de la Constitution en 1949. Cette grève est une réponse aux attaques sans précédent contre les droits des travailleurs et la protection des agriculteurs par le gouvernement de droite du premier ministre Narendra Modi.

La manifestation des agriculteurs des États des environs de Delhi s’est poursuivie tard dans la nuit de jeudi à vendredi. Des milliers d’agriculteurs ont brisé barrage après barrage et se dirigent actuellement vers la ville. La police a fait usage de canons à eau sur eux à plusieurs reprises, mais n’a pas réussi à attaquer leur détermination. Ils devraient atteindre les frontières de Delhi vendredi.

La grève a été organisée par une coalition de mouvements de travailleurs et d’agriculteurs, avec 10 confédérations commerciales nationales et le groupe de coordination All India Kisan Sangharsh [Comité de coordination de la lutte des agriculteurs] (AIKSCC), qui regroupe plus de 200 groupes d’agriculteurs de toute l’Inde. Des groupes de défense des droits des femmes, des syndicats d’étudiants et diverses organisations de la société civile ont également participé à la grève. Elle a également reçu le soutien des partis de gauche et de plusieurs groupes d’opposition.

Parmi les principales revendications contenues dans la charte en 12 points présentée par les organisateurs figurent le retrait d’une série de lois récemment adoptées par le gouvernement Modi, qui abroge les principales protections en matière de travail et de prix agricoles, un abandon des récentes politiques de désinvestissement dans les grandes entreprises publiques, la mise en œuvre des régimes d’aide sociale existants pour les travailleurs ruraux et l’élargissement des politiques d’aide sociale pour aider les masses touchées par les retombées économiques de la pandémie de COVID-19.

Des milliers d’agriculteurs, ainsi que des syndicalistes et d’autres mouvements, venus de toute l’Inde, ont également organisé un rassemblement dans la capitale nationale, Delhi. Le rassemblement a fait l’objet d’une répression féroce de la part de la police de Delhi qui a utilisé un barrage, des matraques et des canons à eau pour arrêter la marche. Finalement, le barrage a été franchi.
Lors d’une confrontation similaire avec les autorités, des groupes d’ouvriers et d’agriculteurs ont paralysé les grandes villes métropolitaines comme Kolkata (Calcutta) et Mumbai (Bombay), en organisant des sit-in sur les principaux axes de transport. La ceinture industrielle et minière à travers l’Inde de l’Est et du Centre a également connu un arrêt virtuel.

Les organisateurs ont déclaré que la grève s’inscrit dans le prolongement d’autres luttes à venir dans le pays. « Les travailleurs et les paysans n’auront pas de repos tant que les politiques désastreuses et perturbatrices du gouvernement BJP ne seront pas inversées. La grève d’aujourd’hui n’est qu’un début. Des luttes beaucoup plus intenses vont suivre », a déclaré Tapan Sen, secrétaire général du Centre of Indian Trade Unions (CITU), l’une des confédérations syndicales participant à la grève.
La grève intervient à un moment où les retombées économiques de la pandémie COVID-19 ont plongé l’Inde dans une véritable récession, exacerbant les inégalités et les privations existantes. Le produit intérieur brut (PIB) de l’Inde a chuté de 23,9 %, un record, tandis que le chômage a grimpé en flèche pour atteindre un taux sans précédent de 27 %.

Au milieu de cette crise généralisée, le gouvernement de droite dirigé par le parti Bharatiya Janata a mis en œuvre de nouveaux amendements aux codes du travail et a introduit des projets de loi sur l’agriculture qui ont anéanti des progrès historiques majeurs en matière de droits des travailleurs et de protection des exploitations agricoles.

Malgré les tentatives de la police de réprimer la grève dans plusieurs cas, des rassemblements massifs ont eu lieu dans tout le pays. Des membres du syndicat des employés de la santé ainsi que des travailleurs du port de Jawaharlal Nehru, un port important de la capitale commerciale de l’Inde, Mumbai, se sont mis en grève.

Les syndicalistes ont bloqué la route nationale 31, une route importante qui relie la ville de Kolkata, dans l’État du Bengale occidental.

Le blocage des principales lignes de chemin de fer a également été constaté dans les grandes villes de l’Inde. Sur la photo, on voit un blocage à Kolkata.

Les raffineries de l’Assam, l’État du nord-est riche en pétrole et en gaz naturel, ont été mises à l’arrêt par la grève.

La police de l’État de Haryana empêche des manifestants de poursuivre leur marche de protestation vers la capitale nationale, Delhi. Les deux États voisins de Delhi, l’Haryana et l’Uttar Pradesh, ont coordonné leurs efforts, avec la police de Delhi, pour empêcher les manifestants d’entrer dans la capitale.

Barrage de la police de Delhi à la frontière Haryana-Delhi.

Pendant ce temps, dans l’Uttar Pradesh, des agriculteurs ont organisé des contre-blocages sur les routes menant à Delhi.

Des manifestations massives ont également eu lieu dans les États du sud. Sur la photo, on voit un rassemblement de protestation dans l’État de Telangana.

Travailleuses et travailleurs du textile dans la ville de Coimbatore au Tamil Nadu.

Des manifestations ont également eu lieu dans tout l’État de Jammu-et-Cachemire, qui est soumis à un verrouillage virtuel imposé par le gouvernement depuis plus d’un an et dont les politiques gouvernementales répressives ont rendu la mobilisation extrêmement difficile.

Sources : 250 million people participate in countrywide strike in India sur Peoples Dispatch, traduit par nos soins, et Communist Party of India (Marxist)
Lire aussi : En Inde, grève générale et répression brutale sur
Humanite.fr

Les commentaires sont fermés