Article JSD – Jolie Môme / La lutte must go on !

Source Journal de Saint-Denis – Benoît Lagarrigue

La compagnie dionysienne prépare un Cabaret d’urgence au théâtre de l’Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes en soutien à Loïc Canitrot, l’un des siens, accusé de violence sur le directeur de la sécurité du Medef lors d’une action contre la loi travail.

C’est l’effervescence au théâtre de la Belle Étoile, en ce mercredi après-midi 5 octobre. Les Jolie Môme préparent avec fougue le grand Cabaret d’urgence qu’ils organisent dimanche 16 octobre en soutien à l’un des leurs, Loïc Canitrot, au théâtre de l’Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes. Petit rappel des faits : le 7 juin, lors d’une action des intermittents et contre la loi travail, un groupe de manifestants investit le siège du Medef, à Paris. Loïc Canitrot raconte : « À un moment, le directeur de la sécurité de l’organisation patronale me frappe. Je vais pour porter plainte mais je me retrouve placé en garde à vue pour violences en réunion, accusé par ce même individu ! » À la fin de sa garde à vue qui a duré pas moins de 48 heures, Loïc est déféré au parquet, malgré les nombreux témoignages qui ont confirmé sa version des faits. Le procès doit se tenir le 8 décembre. D’ici là, la planète Jolie Môme ne reste pas les bras croisés et manifeste avec force sa solidarité. Ce cabaret d’urgence du 16 octobre en sera l’un des points d’orgue.

« Nous l’organisons à l’Épée de bois car la Belle Étoile est trop petite pour un tel événement. Cela nous permet d’accueillir plus de monde. » Et du monde, il y en aura ce jour-là. Des dizaines d’interventions artistiques et politiques sont annoncées, dont celles des Jolie Môme évidemment, mais aussi de la compagnie Tamèrantong, de Thomas Pitiot, La Rabia, La Parisienne libérée, les Fils de Teuhpu, Mathieu Barbances, Agnès Bihl, Fredo des Ogres de Barback et bien d’autres. Côté politique, François Ruffin, Monique et Michel Pinçon-Charlot, Charles Hoareau, Olivier Besancenot, Gérard Mordillat, Renaud Lambert du Monde diplomatique, Éric Coquerel, Arlette Laguiller, Didier Paillard, des syndicalistes, ont annoncé leur présence active. Et ce sont bien sûr les comédien(ne)s, chanteurs(euses) et musicien(ne)s de Jolie Môme qui, avec leurs talents et leur énergie feront le lien entre toutes ces interventions. « La journée sera découpée en trois parties », explique Loïc Canitrot : « Avec l’état d’urgence, tout est permis, Le Medef gouverne et L’État réprime. » L’événement, de 14 h à 22 h, sera retransmis sur Périscope.

Mais en cet automne, l’activité de la compagnie ne s’arrête pas au seul Cabaret d’urgence, si important soit-il. Des nouveautés d’abord : une nouvelle création des Jolie Môme est en gestation, inspirée par cette expérience. « Ce sera une pièce dans la lignée de ce cabaret, où l’on “célèbrera” le mariage du Medef et de l’État », confie Michel Roger, le directeur de la compagnie. Elle devrait voir le jour d’ici la fin de l’année. Après Parole de mutins ! (dont une représentation est prévue le 11 novembre), un nouveau cabaret est en préparation avec les nouvelles chansons des Jolie Môme qui viennent de les enregistrer pour un CD, À contre courant, devant sortir lui aussi avant les fêtes de fin d’année. La compagnie va également reprendre son spectacle pour enfants, Des Patates et des roses, du 18 au 23 décembre, qui a fait l’objet, lui aussi, d’une captation sonore disponible sur CD. Sans oublier bien sûr l’accueil de spectacles (Rêve générale par la compagnie Pliez bagage le 21 octobre) et de soirées spéciales avec les Amis du Monde diplomatique (27 octobre) ou autour de Notre-Dame des Landes (3 décembre).

Enfin, les ateliers de la compagnie viennent de reprendre leurs activités : théâtre le mardi à 19 h, adolescents (13 à 17 ans) le mercredi à 17 h et chanson fanfare le mercredi à 19 h. « Avec toujours la même idée de mélanger les amateurs et les comédiens et comédiennes de la compagnie dans l’objectif de se produire en juin lors du week-end Dionysiens en scène », précise Loïc, qui ajoute : « Et l’atelier chanson fanfare est aussi un atelier d’intervention à même d’accompagner manifestations ou actions de revendication. » D’ici là, le Cabaret d’urgence se prépare d’arrache-pied avec ses deux piliers : spectacle et solidarité. Un bon résumé des Jolie Môme, en fait.

Les commentaires sont fermés