On s’dit qu’on a déjà 20 ans !

L’expérience n’est qu’une lanterne qui éclaire le chemin parcouru” proverbe chinois affectionné par Antonio, metteur en scène du théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie) où Michel, fondateur de la compagnie Jolie Môme a allumé sa lanterne. La dîte lanterne à la main et fort de cet adage dont il est convaincu, Michel éclaire le chemin non parcouru et rêve d’une troupe dont il serait le porte-lanterne, le porte-parole, le porte-drapeau, d’une compagnie pleine de filles jolies, de jolies filles, de jolies mômes…

“Je serai Léo Ferré ou rien… Tiens, Jolie Môme c’est joli comme nom pour une troupe, oh Compagnie Jolie Môme, c’est parfait. »

C’est parti, après quelques 10 années au sein de la troupe du Théâtre de l’Epée de Bois, Michel crée avec quelques amis la Compagnie “Jolie Môme”, le 20 juillet 1983, parce qu’il désire faire du théâtre hors des institutions…

Premiers spectacles Caïus, Bâtiment K, la troupe se construit petit à petit, comme l’oiseau fait son nid, avec Béatrice, Marie

Pascale arrive pour s’occuper de l’administration.

Puis, rencontre avec Jean, éducateur chez Emmaüs, avec qui nous travaillons de façon quotidienne pendant 5 ans.

Naissance des premiers spectacles cabaret.

Du théâtre La mère de Brecht.

Arrivée de Nicolas, Maryline, Valérie

Premier prix aux rencontres de la jeune création de Gennevilliers en 1989, notre premier César en quelque sorte.

Installation pour 3 ans à la MJC de Gennevilliers, travail avec les jeunes des quartiers.

Et voilà Myriam.

De nouveaux spectacles cabaret, Romance, Les vacances de M. Dubois, le spectacle cabaret actuel Rouge-coeur pointe son nez.

Première voiture Mémère, 504 automatique modèle luxe, c’est un cadeau.

La promiscuité avec les exclus, les jeunes de banlieue, la grande lutte des intermittents de 1992, nous mettent en colère, mais nous ne nous trompons pas de colère (CD4… 15€). Conscients d’appartenir à la classe des exploités, le spectacle de chansons rougit et le drapeau rouge rejoint les personnages du cabaret.

Sylvie (Maman) intègre la troupe en 1992.

Estelle, Angélica.

La mort dans l’âme nous nous séparons de Mémère.

Second véhicule, Fan la bise, c’est un ancien Trafic de flic, c’est pas un cadeau… Mais complice de nos déplacements et de nos aventures, nous nous y attachons quand même.

Théâtre Le roi s’amuse Hugo.

Cyril fricote avec nous dans les ateliers de la MJC.

1992, nous quittons Gennevilliers agacés par la politique de prestige que la commune, pourtant communiste, pratique sur le plan culturel.

Après quelques baux précaires, nous nous installons au Pré-Saint-Gervais, à nouveau accueillis par notre ami Jean et l’Association Emmaüs.

Arrivée de Lorène, Lolo.

Rouge-coeur prend corps…

Arrivée de Toufan.

Théâtre L’Assemblée des femmes de Robert Merle (un homme charmant…).

Bâtiment K. Reprise.

Cécile qui attendait avec impatience sa majorité pour nous rejoindre, arrive enfin.

Puis Serge et Mathieu, ils sont censés remplacer Cyril qui rêve de travaillerà la Poste.

Rêve de stabilité sociale ?…

Mais le grand réveur Cyril oublie de déposer sa candidature et finalement nous propose d’assouvir ses fantasmes de fonctionnariat lors d’une prochaine création en interprétant un camarade postier soigneusement imaginé par ses soins… Bref, du coup l’équipe s’agrandit.

1996 : rencontre avec Dédé Chassaigne.

1997 : premier CD de la Compagnie Jolie Môme, éponyme, réalisé à St Amant et premier été en résidence, L’Assemblée des femmes du toujours aussi charmant Robert Merle.

On se sent bien ici, on reviendra.

Emmaüs doit réaménager notre local pour faire du logement social. Que dire contre ! …Nous partons.

Lors du grand mouvement social (comme ils disent) de 1995, nous sympathisons avec les cheminots de la CFDT en lutte, futur SUD Rail, (mais on est toujours copains avec la CGT… normal on y est) et grâce à leur soutien, nous signons un bail avec la SNCF et jouissons d’un local de 500 m2 en plein Paris pour une poignée de francs, soit une pincée d’€uros.

Nous nous séparons de Fan la bise et achetons Raoul, le Ford Transit qui n’aime pas la neige et va bientôt partir en retraite.

Les étés et les CD se succèdent à Saint-Amant.

Arrivée de Nathalie, Emmanuel.

La mère, Barricade, Le tableau des merveilles, La crosse en l’air, Je reviendrai et je serai des millions…, Rouge-coeur.

François.

CD 2 Rouge-horizon (15 €), CD 3 Pendant c’temps là (15 €), CD4 sans titre pour l’instant mais néanmoins 15 €, sortie en juin 2003.

La camionnette roule, les spectacles tournent, les luttes s’intensifient, les sans-logis, sans-travail, sans-droits, sans-papiers, sans-granchosemaisavecbeaucoupdesoucis.

A part ça, on aime les endives, les tripoux, les pommes de terre, la saucisse d’Auvergne, la baguette parisienne “à la campagne, ils ne savent pas faire le pain » disent les parigots, premier clivage dans l’équipe, cette conversation récurrente est source d’un embryon de scission au sein de notre équipe bien soudée. Comme quoi, on est bien peu de choses !

On a un chat Valentin, une merveille. Bientôt 20 ans comme Jolie Môme…

On n’habite pas tous ensemble (ouf) même s’il y a des couples (…) et tout l’été on est à Saint-Amant, vous pourrez nous demander tout ce que vous voulez, cependant si on a pas envie de répondre…

On fête nos 20 ans du 17 au 20 juillet 2003 avec du théâtre, de la musique, des chanteurs, des amis.

3° rencontre des chorales révolutionnaires du 11 au 17 juillet.

Tous les vendredis, samedis, dimanches du 25/07 au 17/08 Je reviendrai et je serai des millions sous le chapiteau, une soirée cabaret avec Saviloisirs le 14 août.

Et pour finir l’été, comme d’hab, Aurillac.

Au fait, pour conclure, important, notre adage préféré à nous c’est “à course de cheval, arrêt d’âne”, voyez, nous aussi on est un peu de la campagne.

Avril 2003

Les commentaires sont fermés