25/01/2018 – Libération – Medef contre Nuit debout : le tribunal tourne en ridicule le patronat

Source Libération – 25 janvier 2018 – Luc Peillon

Photo François Guillot. AFP

Militant anti-loi travail, cofondateur de Nuit debout, le salarié de la compagnie Jolie Môme était accusé de violence à l’encontre du responsable de la sécurité de l’organisation patronale. A l’audience, le dossier s’est entièrement dégonflé.

Victoire pour le militant et cofondateur de Nuit debout, Loïc Canitrot, ce jeudi, devant la 28e chambre correctionnelle de Paris. Poursuivi par le Medef pour violences en réunion à l’encontre de son responsable de la sécurité, ce membre de la compagnie Jolie Môme a été relaxé, à l’issue d’un procès où l’organisation patronale, comme le parquet, ont été tournés en ridicule.

Dès l’ouverture de l’audience, l’avocate du responsable de la sécurité du Medef annonce le retrait de sa plainte, avant de quitter la salle. La «victime», Philippe Salmon, ne s’est même pas déplacée. Bien lui en a pris, tant les débats qui vont suivre vont se retourner contre lui.

Les faits remontent au 7 juin 2016. Ce jour-là, en marge des manifs contre la loi travail, des membres de la coordination des intermittents et précaires (CIP), dont Loïc Canitrot est un des animateurs, investit, en début d’après-midi, le siège du Medef, dans le VIIe arrondissement à Paris, pour appuyer ses revendications sur la réforme de l’assurance chômage. Jusqu’ici, tout le monde est d’accord sur le déroulé des faits. C’est ensuite que les versions divergent fortement.

Pour le responsable de la sécurité du Medef, dont les témoignages versés au dossier sont lus par le président du tribunal, les manifestants se seraient montrés très agressifs. Dans le hall de l’organisation patronale, ils l’auraient bousculé et invectivé. Jusqu’à la scène qui va mettre le feu aux poudres: l’homme aurait reçu deux coups de poing au visage, qui briseront une branche de ses lunettes. Le coupable, au moins pour l’un des deux coups ? Loïc Canitrot, affirme-t-il devant les policiers. Se réfugiant à l’étage, dans son bureau, Philippe Salmon est suivi par Canitrot. Se sentant menacé, le chef de la sécurité du Medef n’aurait alors eu d’autre échappatoire que de lui asséner un coup de pied dans les parties génitales.

Fin de l’occupation du siège du Medef, les militants lèvent le camp. Canitrot va voir les policiers pour porter plainte. Surprise: il est menotté, emmené au commissariat, puis placé en garde à vue pendant 48 heures. Explication: le Medef avait également décidé de porter plainte… Et c’est celle de l’organisation patronale que le parquet a choisi d’instruire.

«Connards»

Quelques mois plus tard, le ministère public estime que l’affaire, confiée aux policiers du VIIe arrondissement, est assez claire pour être audiencée. Le juge, lui, n’est pas de cet avis. Et va demander une seconde enquête, confiée à la brigade d’investigation basée dans le XVIIIe. Et là, patatras. Selon les seconds policiers, qui ont visionné les rares caméras exploitables du siège du Medef, mais aussi les vidéos des quelques militants qui ont filmé, ce ne sont pas les manifestants, très calmes, comme les autres vigiles, qui insultent Salmon, mais l’inverse. A plusieurs reprises, selon les bandes, il les traite de «connards». Sentant la tension monter, Canitrot demande alors à une militante de filmer la scène pour avoir des éléments de preuve en cas de dérapage. Mécontent, Salmon arrache le téléphone des mains de la jeune fille. La suite est reconstituée par les témoignages des militants et les bouts d’images encore exploitables: Canitrot se serait interposé, cherchant à récupérer le téléphone. Une main non identifiée se glisse ensuite pour arracher les lunettes de Salmon, égratignant son nez au passage, et provoquant la rupture d’une des branches. Mais impossible, à ce stade, de savoir s’il y a vraiment eu coup, et encore moins de la part de qui.

La seule image réellement exploitable, quelques secondes plus tard, montre Salmon, «tout sourire» et sans trace «de violence sur lui», selon le dossier, et qui brandit ses lunettes à la branche cassée face à une caméra de surveillance. «Etrange», note, ironique, le président. Quant à la caméra de l’étage, qui est censé prouver un Canitrot menaçant, elle ne pourra être utilisée, Salmon invoquant différentes raisons, qui varieront au cours de l’instruction, pour justifier ses défaillances.

Interrogé par le second groupe de policiers, Salmon avouera alors avoir été «insultant» envers les manifestants. Et ne plus être sûr, finalement, que l’agresseur était bien Canitrot. Un autre témoin du Medef se rétractera lui aussi. Bref, à l’audience, le dossier se vide au fur et à mesure de la lecture par le président. Sur son banc, la procureure se fait toute petite. Du sable entre les mains en guise d’accusation, laissée seule par le Medef qui a abandonné la partie, elle est finalement contrainte de réclamer… la relaxe. Demande qui lui sera accordée par le président à l’issue de l’audience.

«La relaxe s’est avérée évidente»

Au-delà des faits, c’est le comportement du ministère public qui est dénoncé par l’avocate de Canitrot, maître Irène Terrel. Un parquet «politique», tout acquis aux accusations du Medef, se satisfaisant d’une première enquête manifestement bâclée, et s’acharnant tout au long de la procédure contre Loïc Canitrot.

Canitrot, satisfait, s’inquiète maintenant de tous ceux qui ont été poursuivis suite au mouvement de 2016 contre la loi travail. «Pour moi, la relaxe s’est avérée évidente. Mais quid des centaines d’autres militants, de tous ceux qui n’ont pas le soutien dont j’ai bénéficié ? Comment s’en sortir seul face à des accusations fictives ?» Il ne veut pas non plus que l’affaire s’arrête là, et a porté de nouveau plainte contre le Medef, pour violence, mais aussi dénonciation calomnieuse.

Les commentaires sont fermés