09/02/2017 – Festival Les Givrés – Melle (79)

Source La Nouvelle République

Suite et fin ce dimanche du festival de l’association melloise La Ronde des jurons. La 5e édition des Givrés se refermera sur une programmation très cinéma. Le festival a débuté jeudi soir par le spectacle de la Compagnie Jolie Môme. Les onze chanteurs et musiciens, tous également comédiens, ont proposé un répertoire très engagé mais joyeux. Difficile de ne pas penser au Big Bazar de Fugain, la gentillesse en moins. Les Jolie Môme font dans la révolution, pas dans les doux rêves d’un monde meilleur. Il en ressort un spectacle dynamique, voire même dynamisant, beaucoup des Mellois présents sont ressortis avec une belle envie d’aller dans la rue à leur tour. Visiblement, ce ne sont pas les raisons qui manquent. La Compagnie Jolie Môme est plus habituée aux représentations en extérieur, notamment au festival des arts de la rue d’Aurillac. La scène, ici celle du Metullum, convient aussi parfaitement à leurs chansons passionnées. Mais on sent leur envie d’être au plus près du public, ils n’hésitent d’ailleurs pas à descendre dans la salle. Ils parlent d’actualité, la leur et celle du monde, juchés sur des caisses en bois, agitant un grand drapeau rouge. En résumé, une belle soirée où le public a participé pendant et après le spectacle, reprenant certaines des chansons ou des refrains. Une belle unité au moment de reprendre la chanson que Georges Moustaki a écrite en hommage aux résistants du groupe Manouchian. Mais la liste des injustices égrainée par la compagnie est bien plus longue. Le vendredi des Givrés s’est déroulé sur grand écran avec le cinéma de Buster Keaton mis en musique, en direct, par le trio Diallèle. Un mélange original de musique plutôt rock sur des images du maître du burlesque. Ce fut ensuite le ciné quiz, sous le chapiteau, au cours duquel se sont affrontées huit équipes… dont une seule est allée jusqu’à la victoire. Un jeu mis en musique par le groupe poitevin Zago avec un répertoire de musiques de films. Au programme de ce dimanche, dernière journée, projection du film de Jim Jarmush, « Gimme Danger ». Les Stooges et Iggy Pop vus par Jarmush, ça ne se refuse pas. L’après-midi se poursuivra par « Ex-Taz Citizen cash », le documentaire de Xané Bove sur le son underground de la fin des années 80, rendez-vous à 17 h au Café du boulevard. Les festivaliers pourront ensuite y rencontrer le réalisateur et finir la soirée en musique. Restera alors à se dire « à l’année prochaine ! »

Les commentaires sont fermés