14-19 – Revue de presse

Eric Coquerel (@ericcoquerel) 3 décembre 2017

La pièce met en scène, de façon saisissante et sur un mode burlesque, le jeu des alliances et sa mécanique implacable qui précipite l’Europe et bientôt le monde dans la guerre, les rapports entre les impérialistes, symbolisés par des allégories caricaturalement hilarantes des bouchers et des marchands de canon. Didactisant l’histoire sans jamais verser dans le récit pédagogique, tranchant dans l’analyse proposée sans jamais perdre en entrain, avec musique et drôlerie, la pièce nous mène, tambour battant, de la guerre à la révolution…

Il n’y a pas que la guerre, qui est un champ de bataille. L’histoire et la mémoire aussi. Jolie Môme s’y aventure avec courage et audace, baïonnette au canon. Mais qu’on se rassure. Les balles, elles, sont pour nos généraux. Qu’on se le dise.

Par Paul Tanguy pour le site Révolution permanente, l’article complet ici.

La troupe militante installée à Saint-Denis joue actuellement une pièce sur les mouvements révolutionnaires de 14-18. Passionnant et décoiffant. (…) Inutile de dire que cette création politiquement incorrecte et bourrée d’énergie, avec chansons et flamboyants effets, apporte une couleur iconoclaste dans la rafale des commémorations classiques de la « der des ders ».

Par Pierre Vavasseur pour Le Parisien/Aujourd’hui en France, l’article complet ici.

Spectacle brechtien à visée pédagogique convoquant la mémoire militante mais également divertissement en musique et en rythme, La mémoire nous joue des tours est l’une des rares pièces du moment à s’inscrire dans une tradition du théâtre de tréteaux au service de ceux d’en bas.
À ne pas manquer !

Par Nicolas Norrito pour Libertalia, l’article complet ici.

Les tableaux s’enchaînent dans un rythme enlevé, en chansons et en musique, et la belle et joyeuse troupe des Jolie Môme s’en donne à cœur joie. Le spectacle est alerte, vif, drôle et émouvant, tragique et cocasse, sincère et porte en lui ce curieux rapprochements avec l’actualité…

Par Benoît Lagarrigue pour Le JSD, l’article complet ici.

C’est bien un spectacle « Jolie Môme », où l’on retrouve la patte habituelle de la troupe : une succession de tableaux vivants, de séquences chantées, d’acteurs et actrices virevoltant sur la scène, le tout accompagné par une section musicale particulièrement soutenue par des cuivres en nombre.

Par Jean-Marc Bourquin pour l’Anticapitaliste, l’article complet ici.

Les commentaires sont fermés